You are currently viewing Conférence sur la Fibromyalgie : le bilan

Conférence sur la Fibromyalgie : le bilan

Après des mois de préparation, ça y est! le challenge a été relevé ! Et quel challenge… c’était pour moi une première ! Pendant longtemps, j’ai eu peur, peur de parler en public, peur d’avoir un blanc, peur de trembler et de perdre mes moyens ! Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai failli m’inscrire pour animer une conférence mais de ne jamais oser passer le cap ! Et puis… enfin, grâce à plusieurs déclics, je me suis lancée… et au CHUV  en plus, pour la journée mondiale de la Fibromyalgie, rien que ça ! Dans cet article, je vous donne les points importants à retenir de cette conférence et en conclusion je vous révèlerai pourquoi et comment j’ai franchi le cap ! 

En bonus, vous pouvez visionner la conférence  sur ma chaine YouTube.

Les spécificités de la Fasciathérapie

Voici les points importants à retenir de cette conférence : 

Ecoute verbale et non verbale

En étant à l’écoute de son mouvement interne, notre client se sent davantage mis en confiance. Le climat, intime et respectueux, est nécessaire pour susciter la confidence du tissu.

Je parle du toucher dans cet article

Du corps objet au corps sensible

Le corps n’est pas simplement un instrument que nous utilisons pour nous déplacer, manger ou travailler.

Le corps est notre propre corps, celui avec lequel nous sentons, ressentons et aimons… celui qui nous permet de vivre. Grâce à nos cinq sens et au sixième sens, le sens proprioceptif, nous faisons l’expérience du monde. Riche de très nombreux capteurs sensoriels et omniprésent dans le corps, le fascia est l’organe de la sensorialité. C’est probablement grâce à lui que nous nous sentons exister!

La Fasciathérapie permet un moment de répit pour les personnes souffrant de douleurs chronique et en particulier de Fibromyalgie.

Les objectifs du Fasciathérapeute pour une personne souffrant de Fibromyalgie.

Réapprivoiser son corps : il n'est pas seulement un lieu de souffrance

Le Fascia est au centre de la conscience du corps. C’est l’organe sensoriel le plus important du corps en raison du nombre de ses capteurs : il est directement lié à la perception.

Un fascia contracté provoque une dissociation entre notre corps et la relation que nous avons avec lui.

Sentir de nouveau son corps, c’est se le réapproprier, le réapprivoiser. C’est ressentir qu’il n’est pas seulement un lieu de souffrance, mais aussi et surtout un lieu de bien-être.

Enclencher le processus de résilience en apportant de l'espoir

Si, pendant une séance, nous faisons l’expérience de nous sentir mieux, de ressentir ce sentiment de plénitude, alors il vaut la peine de prendre soin de soi et de chercher ce qui nous fait du bien. Il est important de rechercher par soi-même, tout en étant accompagné, les moyens de retrouver notre bien-être ou notre mieux-être.

La Fasciathérapie suscite l’espoir

Témoignages

Marie raconte son besoin de ralentir

Depuis quatre ans, je suis aux prises avec des douleurs chroniques quasi continues, limitant ma mobilité et ma qualité de vie quotidienne. (…) après avoir compris très vite que la médecine exercée par mon médecin de famille n’avait pas d’option pour m’aider ou pour m’orienter, j’ai pris sur moi d’observer et de chercher ce qui pourrait me soulager.

 

Petit à petit je suis devenue convaincue que j’étais effectivement prédisposée à ce type de douleurs que l’on qualifie parfois de « psycho-somatiques » pour évoquer la grande énigme de nos fonctionnements neurologiques subtils qui ignorent les frontières arbitraires que nous mettons entre émotions et réactions de figements physiologiques face aux petits ou grands stress que j’ai, comme tant d’autres femmes et hommes, accumulés au fil de mon histoire de vie. Quand la vie me bouscule, oui, je suis tendue; je me contracte de partout de la tête aux pieds,  et dans tout mon corps ces tensions impriment une véritable raideur ou fixation perceptible au toucher mais aussi dans mes sensations proprioceptives intérieures. Et, de douleurs en douleurs, avec leur lot d’insomnies et de découragements répétés, j’en suis  venue à comprendre que mes tissus au fil des répétions de stress ou de traumatismes, ont sans doute perdu leur capacité à retrouver par eux-mêmes, souplesse, élasticité, fluidité.  Des années de méditation quotidienne, de séances d’Eutonie puis de Feldenkrais m’ont appris depuis longtemps combien des gestes simples dans la lenteur et la pleine attention corporelle peuvent contribuer à la restitution d’un état de détente et de souplesse à nouveau fonctionnel pour mes mouvements. Aussi quand j’ai entendu parler des fascias présents dans tout notre corps, de leur immense et mystérieux tissage autour de tous nos muscles, os et organes, et de leurs propriétés encore mal connues au su de la science actuelle, cela s’est imposé pour moi comme une évidence: mobiliser à répétition et patiemment mes fascias, par la fasciathérapie d’une part, mais aussi  par les étirements intégrateurs et lents suggérés par mon enseignante de Pilates, est devenu pour moi l’essentiel de ce qui contribue à atténuer mes douleurs. Et  je continue toujours plus finement à observer comment marcher d’un pas doux et déroulé, où mes muscles glissent entre eux et perdent leur tendance à se raidir d’emblée. Observer  pour moi-même combien parfois mes muscles sont d’emblée contractés et comprimés comme dans un emballage trop petit au lieu que les tissus alentours de ma musculature coulissent fluidement entre eux. Observer comment tout tendus malgré moi, mes muscles me donnent l’impression d’être perclue de courbatures comme si j’avais randonné 7 heures d’affilée! Observer combien tout cela peut se combiner avec les contextes sociaux et émotionnels que je traverse. Aujourd’hui je dis d’un sourire amusé mais, au fond il y a indubitablement du vrai à cela, que mon corps est devenu allergique à toutes les formes de stress  et ce même si des années d’accompagnement psychologique et spirituel m’ont largement pacifiée avec mes traumatismes d’enfance et d’adulte. Alors ce corps « fibromyalgique » m’invite aujourd’hui à une extrême douceur, effectivement très peu adaptée à notre contexte socio-économique actuel qui prône rapidité, adaptations accélérées à toutes sortes de contextes agressants à coup de mises en tensions internes incessantes. Et oui, cela me demande des choix et me voilà obligée de renoncer à mes tourbillons antérieurs d’activités au profit d’activités exercées dans la lenteur et la subtilité, au rythme même de ce qu’induit la fasciatherapie. Un luxe que je peux me permettre en tant que retraitée…mais qui hélas, et cela me désole pour notre monde, n’est pas accessible pour des personnes plus jeunes.

 

Marie, 65 ans

 

 

 

Isabelle : J'ai pu ressentir autrement mon corps

La fasciathérapie se fait en douceur. Le fibromyalgique ne connaît son corps que par la douleur.

Le toucher lui provoque une douleur. Son corps est toujours très douloureux. Souvent cela l’empêche de marcher, mais aussi de dormir et même parfois de vivre.

La fasciathérapie libère ces différentes tensions. J’ai remarqué peu à peu que c’était comme si mon corps s’élargissait. Peu à peu, j’ai pu ressentir autrement mon corps, me sentir respirer, ce qui n’était pas le cas avant.

C’était comme si j’avais un autre corps. Quand un médecin me demandait : « Détendez-vous» •

Ma question: « Comment dois-je faire ?»

Peu à peu, je peux sentir mes jambes de l’intérieur, c’est un très grand progrès.

Pour moi la fasciathérapie est un traitement indispensable. Je l’utilise en complément à un régime alimentaire striet, à de l’auriculothérapie, a la psychiatrie car c’est une maladie démoralisante.

Je ne prends plus aucun médicaments toxiques comme déanxit ou lyrica ou autres, le moins possible de paracétamol et j’ai une forme qui étonne les médecins! même si moi je trouve que c’est une maladie handicapante, on ne sait jamais quelle sera sa forme…

Cela fait plus de 20 ans que le diagnostic a été posé

Isabelle, 80 ans 

Les questions

Après 45 minutes de présentation, c’est le temps des questions : quelles sont les différences avec le Rolfing ? Avec le Munz Floor ? A ces 2 questions, j’ai répondu que je ne connaissais pas bien ces 2 méthodes : c’était à chacun d’essayer et de voir ce qui lui convenait le mieux ! Nous avons parlé des remboursements par les assurances complémentaires ( et non par l’assurance de base). Dans l’ensemble, les retours ont été très positifs ; la conférence leur apportée de la valeur et plusieurs personnes l’ont trouvé très intéressante ! Pari gagné ! 

Après la conférence, je suis soulagée et heureuse!

Marion Boisseau

Alors, cette pépite?

En conclusion, je suis fière d’avoir pu porter un message !

Et oui, car la voici ma pépite :

On a peur de parler en public car nous sommes égocentrés ! Si mon but, c’est d’amener de la valeur au public alors la peur diminue grandement! Oh, elle n’a pas complètement disparu, j’ai encore du travail sur mon égo :).

La conférence n’était pas parfaitement fluide mais le message est passé et pour une première, je crois que je peux être fière de moi !

Et vous, est-ce que vous avez déjà parlé en public, animer une conférence, un atelier ? Est-ce que pour vous aussi, cela a été un challenge ?

Visionner la conférence

Si vous désirez regarder la conférence en entier, je l’ai mise sur ma chaine YouTube. 👇

Afin de rendre visible cette vidéo aux plus grands nombres, n’hésitez pas à liker, commenter et vous abonner à la chaine YouTube ( d’autres vidéos arrivent bientôt! ).

Et si ce n’est pas déjà fait, vous pouvez vous abonner au blog avec le formulaire ci-dessus👆

Bien entendu, vous pouvez aussi commenter cet article ( ça se trouve tout en bas de la page ).

 

Merci pour votre soutien! 🙏😉

Si vous avez aimez l'article, vous êtes libre de le partager :)

Cet article a 6 commentaires

  1. Sandrine Piazza

    En lisant votre article sur la fibromyalgie, j’ai fait le lien avec ma proposition faite aux futures mères d’apprendre à écouter leur corps pour mieux l’apprivoiser et le comprendre dans l’objectif de leur permettre de mieux s’adapter au challenge de la maternité. La fibromyalgie est un vrai défi pour ces femmes. La Fasciathérapie semble offrir un soutien important en leur réapprenant à apprivoiser leur corps et à nourrir leur espoir. Merci pour ce partage inspirant.

    1. oui c’est certain que la grossesse en souffrant de Fibromyalgie est un défi supplémentaire ! Merci pour votre commentaire!

  2. Merci pour ce témoignage inspirant, Marion ! Bravo pour avoir surmonté ta peur de parler en public et pour avoir animé cette conférence sur la fibromyalgie avec succès. Je découvre la fasciathérapie qui apporte beaucoup de soutien à ceux qui souffrent de douleurs chroniques. Le partage d’expérience et les témoignages sont vraiment précieux pour comprendre l’impact positif de ces thérapies. Bravo encore pour cette belle réussite et pour le message d’espoir que tu apportes !

    1. oui les témoignages sont très importants! Merci pour tes encouragements 🙂

  3. Merci beaucoup pour cet article et pour le partage de ton expérience sur la fibromyalgie et la fasciathérapie. Ton courage à surmonter ta peur de parler en public est inspirant. Les témoignages de Marie et Isabelle montrent bien l’impact positif de la fasciathérapie. C’est rassurant de savoir qu’il existe des approches qui apportent du soulagement et de l’espoir à ceux qui souffrent de douleurs chroniques.

    1. C’était un vrai défi pour moi et je suis très heureuse de l’avoir surmonté! Merci pour ton retour

Laisser un commentaire